Blog

La sieste au Travail, un regard sur une pratique qui se démocratise

Sieste en entreprise
Conseils QVT

La sieste au Travail, un regard sur une pratique qui se démocratise

Et si vos salariés faisaient la sieste sur leur lieu de travail ? Comment réagirez-vous ? Seriez-vous outré ou en accord avec cette pratique ?

En France et dans de nombreux pays du globe, la pratique de la sieste en entreprise est perçue comme un signe de paresse et d’indolence. Pourtant, lorsque l’on va en Asie, par exemple sur l’archipel Nippon, cette praxis est tolérée, voire, bien vue et respectée. Tandis que chez son voisin chinois, la pratique de la sieste en entreprise est directement écrite dans la constitution.

Le Japon, berceau de la sieste en entreprise

Nommé « l’inemuri », que l’on peut traduire par « dormir pendant son travail », cette habitude de faire la sieste la journée est fortement favorisé dans ce pays. Signe d’un travail acharné et d’une intense labeur, elle est un motif de prestige et de reconnaissance sociale.

Selon l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) en 2018, la moyenne du temps de sommeil dans ce pays est de 7h20 par jour, moyenne très faible si on la compare avec la France et ses 8h33 de repos journalier. Ce constat est encore plus gigantesque si on voyage dans l’hémisphère sud en direction de l’Afrique du Sud où l’on dort en moyenne 9h13 par jour. Cela ne veut pas dire qu’un pays est meilleur que l’autre, mais cela démontre une véritable originalité du Pays du soleil levant. 

Il faut véritablement souligner que contrairement à de nombreux pays du monde où s’endormir sur son lieu de travail est très dégradant pour le salarié, il est très fréquent de voir des actifs au Japon faire une sieste pendant quelques minutes au beau milieu de leur service. Pays où il n’est pas rare de travailler plus de 10 heures par jours, la sieste est devenue une référence pour être productif et gagner en productivité.

Une démocratisation du sommeil polyphasique ?

Faire la sieste plusieurs fois pendant la journée en dormant peu le soir est nommé le « sommeil polyphasique », censé faire gagner du temps et ne pas faire perdre d’énergie, c’est peut-être la solution pour pouvoir terminer tous nos projets et garder la pêche chaque jour.

De nombreuses études démontrent que le sommeil polyphasique est réellement réparateur pour les actifs. Méthode de sommeil dans laquelle le repos quotidien est scindé plusieurs fois durant la journée, le sommeil polyphasique permet de se sentir reposé tout en dormant moins. En diminuant le temps de repos en plusieurs siestes de 20-30 minutes, il est possible de se contenter de 5 heures de sommeil par jour et ainsi économiser un temps précieux pour pratiquer des activités.

L’objectif de faire la sieste pendant un court laps de temps est très simple, favoriser la productivité plutôt que le travail en continue, se reposer et reprendre des forces permet d’être plus productif et ainsi compléter plus de tâches et un minimum de temps en échange de quelques minutes de repos au quotidien.

En plus d’améliorer la productivité des salariés, pratiquer la sieste durant ses heures de travail permet d’éviter les blessures physiques et d’empêcher la fatigue physique et mentale.

Pratique qui a fait ses marques et qui se popularise, certaines entreprises voulant placer la Qualité de Vie au Travail au cœur de leur processus industriel et créer une hausse de productivité tel que Google ou Mitsubishi créent des espaces dédiés à la sieste pour laisser leurs salariés se requinquer et retrouver la motivation après une journée difficile et pleine de rebondissement.

La démocratisation de cette pratique tend à apparaitre et il ne serait pas à exclure de voir la sieste au bureau devenir une norme dans bon nombre d’entreprises dans quelques années. Apportant beaucoup de bienfaits, ses inconvénients sont minimes voire inexistant, si ce n’est le regard quant à cette pratique qui est négatif aujourd’hui et synonyme de paresse.

Une pratique impopulaire en France

Côté français, faire la sieste en entreprise est plutôt mal vu. Aucun texte de loi ne la mentionne et il n’est jamais question d’encadrer la sieste ou d’obliger les employeurs à organiser des temps réservés à cette pratique.

La Cour de cassation ainsi que le conseil des prud’hommes ne semblent pas être favorable au fait de faire la sieste durant son temps de travail, seule l’entreprise peut mettre en place des périodes dédiées à cette pratique après un accord entre l’employeur et le salarié. Un réel désintérêt existe dans l’hexagone quant à la pratique de la sieste en entreprise, on peut constater que l’aversion envers ce qui semble être une démonstration de fainéantise n’entraine pas forcément les salariés à négocier avec leurs employeurs.

Mais les temps changent et des transformations sociales apparaissent, dormir sur son lieu de travail deviendra peut-être bientôt la norme.


BONIFACIE Bastien

Leave your thought here

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *